8-INT-Sittelle

Belvédère Raoul-Roy (Parc national du Bic) – Saint-Fabien

Belvédère Raoul Roy

Description du site

Terrain public avec droit d’accès quotidien ou annuel. Un poste d’autoperception est situé en bordure du stationnement en haut du chemin d’accès.

Espèces d’intérêt 

142180332.2Rl5ffc2.Autourdespalombes1159745162.49eyCm48.Aigleroyal8159938983.pkf0enev.Urubunoir4
FAPE 180422 134142197348.lfL3FhNx.Pygargueateteblanche2GRCA 180427 536b

Bien que 181 espèces figurent sur la liste du site, c’est surtout pour observer la migration printanière des oiseaux de proie diurnes que les ornithologues s’y rendent (de la fin mars à la fin mai). Les rapaces sont souvent bas et même parfois plus bas que le belvédère ce qui favorise la photographie. Bien que le Pygargue à tête blanche s’y voit en nombre, c’est l’Aigle royal la grande vedette du site. Il migre surtout au début du printemps, les adultes étant plus hâtifs que les immatures. La Buse à queue rousse, la Petite Buse, l’Épervier brun et l’Urubu à tête rouge sont les espèces les plus fréquentes, mais on y voit aussi un bon nombre de Buses pattues et d’Autours des palombes. Le Faucon émerillon et le Faucon pèlerin nichent le long de l’escarpement alors que le Busard des marais et la Crécerelle d’Amérique sont plus communs dans la plaine au sud du site. La Grue du Canada, l’Épervier de Cooper et la Buse à épaulettes demeurent des migrateurs rares. On y a même vu l’Urubu noir et la Buse de Swainson !

On y voit aussi plusieurs passereaux se déplacer au haut de l’escarpement dont la sympathique Mésange à tête brune alors qu’on entend tambouriner le Grand Pic et le Troglodyte des forêts s’exprimer longuement.

Tout en bas, dans l’Anse à Mercier, en utilisant un télescope on peut voir de nombreux Harles huppés, Eiders à duvet (parfois accompagnés d’un Eider à tête grise) ainsi que des Garrots d’Islande. Plus au large, plongent le Grèbe jougris, les macreuses et au lointain voltigent le Fou de Bassan et la Mouette tridactyle.

Pour connaître la liste complète des espèces observées, consultez eBird : PN du Bic - Belvédère Raoul-Roy

Habitats

Du belvédère, on jouit d’une vue extraordinaire du sommet d’une crête appalachienne couverte d’une sapinière à bouleau blanc et d’arbustes. La vue au nord et à l’ouest porte sur les anses et les îles du Parc national du Bic et l’estuaire maritime du fleuve Saint-Laurent jusqu’à la Haute-Côte-Nord. On a aussi une percée visuelle vers le sud sur la vallée de la rivière du Sud-Ouest et le village de Saint-Fabien. Juste la vue vaut le détour !

Quand s'y rendre

C’est de la fin mars au début de juin que le site offre le meilleur potentiel.

Pour les oiseaux de proie diurnes, c’est de 10h30 à 15h que les mouvements sont les plus intenses, mais par temps brumeux et sous la pluie continuelle, ils ne bougent pas.

Pour connaître les abondances saisonnières, consultez eBird : Abondances saisonnières PN du Bic - Belvédère Raoul-Roy

Équipement recommandé

  • Jumelle

  • Téléscope

  • Appareil photo

Comment s'y rendre

Localisation

À partir de la lumière clignotante de la route 132, dans le village de Saint-Fabien, prenez la route de la Mer sur environ 1,2 km. À l’indication du Parc national du Bic, prenez à droite le chemin d’accès jusqu’au haut de la côte où se trouve le stationnement.

Stationnement

Au bout du chemin d’accès du Parc national du Bic. Tôt en saison, si le chemin est encore fermé par la neige, stationnez le long de la route de la Mer, du côté opposé au chemin d’accès, en revenant légèrement vers Saint-Fabien.

Accès

Un court sentier mène du stationnement au belvédère. N’oubliez pas de vous munir d’un droit d’accès au poste d’autoperception.

Carte de localisation

belvedere raoul roy map

 

 

Auteur de la fiche: Gilbert Bouchard

Crédits photo
Photo du site: Gilbert Bouchard
Photos d’oiseaux: Autour des palombes, Gérard Proulx; Aigle royal, Gérard Proulx; Urubu noir, Gérard Proulx; Faucon pèlerin, Patrice Saint-Pierre; Pygargue à tête blanche, Gérard Proulx; Grue du Canada, Patrice Saint-Pierre.